Abolition de la Constitution Française du 4 octobre 1958

 

 

Le phoenix francais ref 1

 

Le texte ci-dessous doit amener tous les français à refuser la situation illégale et illégitime des institutions de notre pays. Depuis le 1er janvier 2017, la France n'est plus un Etat de Droit.

En effet, le lundi 5 décembre 2016, Manuel Valls alors 1er ministre a décreté la création de l'inspection générale de la Justice plaçant l'autorité judiciaire, l'un des trois fondements de la République (avec le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif) sous le contrôle direct du ministre de la justice et donc sous le contrôle du pouvoir exécutif. Ceci constituant une violation flagrante de la Constitution et de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789.

François Hollande, alors président de la république, pourtant garant de la Constitution, ne s'est pas opposé à ce décret. Le Conseil Constitutionnel et le Conseil d'Etat n'ont pas jugé utile non plus de s'y opposer.

Techniquement, ces choses-là sont assez simple à comprendre par tout un chacun.

Le préambule de la Constitution du 4 octobre 1958 qui a donné naissance à la Ve république fait référence à la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789. L'éventualité de la violation de la Constitution ayant été envisagée comme étant possible par les fondateurs de cette déclaration, ceux-ci avaient énoncé en son article 16 que : « Toute société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution ».

Le décret Valls n° 2016-1675 est paru au Journal Officiel le 6 décembre 2016 pour une entrée en vigueur le 1er janvier 2017. cidTexte=JORFTEXT000033538164&categorieLien=id

Le trio François Hollande, Manuel Valls, Jean-Jacques Urvoas, a fait voler en éclat la Concorde Légale Nationale.

Aussi impensable que cela puisse paraître, la France n'a plus de Constitution depuis le 1er janvier 2017. A compter de cette même date, la Ve République Française est abolie de fait. Conséquences directes :

- L'élection présidentielle du 7 mai 2017 est hors-la-loi et constitue une imposture.

- L'actuel locataire de l'Elysée est illégitime.

- La photo officielle d'Emmanuel Macron est une preuve de l'usurpation de la fonction présidentielle au regard de la violation de la Constitution.

- La nomination d'Edouard Philippe à Matignon est illégale.

- L'actuel locataire de Matignon et l'ensemble du gouvernement sont illégitimes.

- L'élection législative du 18 juin 2017 est illégale.

- Tous les députés siégeant actuellement à l'Assemblée Nationale sont illégitimes.

- Le renouvellement du 24 septembre 2017 de la moitié des membres du Sénat est illégal.

- Les Sénateurs élus ou réélus depuis cette date sont illégitimes.

- Toutes les lois, les ordonnances et les décrets adoptés et publiés au Journal Officiel depuis le 1er janvier 2017 sont illégales.

La France, un pays encore riche et puissant, est dorénavant dirigée par des imposteurs, des traîtres et des criminels. Pour toutes ces raisons, le Phœnix Français appelle solennellement tous les français et toutes les françaises à ne plus se conformer et à désobéir à toute injonction émanant d'une quelconque autorité d'État.

Le Phœnix Français appelle également à la destitution immédiate de tous les membres élus ou non élus siégeant au sein de toutes les institutions de l'État.

Par et pour le Peuple Français Souverain.

 

Liberté - Équité - Solidarité - Responsabilité - Émancipation

×